LES DECHETS DES PROFESSIONNELS 

 


ACCES DANS LES DECHETERIES :

 

Les professionnels ne sont plus acceptés dans les déchèteries du territoire Ex-MPM. Pour traiter vos déchets veuillez vous adresser aux entreprises spécialisées. Vous trouverez tous les contacts utiles sur ce lien www.guide-dechets-paca.com.

 

Merci de noter que la hauteur est limitée à 1m90 pour les déchèteries hors Marseille, elles sont également équipés maintenant de portiques, des dérogations peuvent être accordés aux particuliers possédant des véhicules qui dépassent cette hauteur.

 

 

  •  LA RESTAURATION  :

 

 

 

 
 
 
  • LE BATIMENT :
 
 
 
 
Découvrez la nouvelle application « Déchets BTP » réalisée par la Fédération Française du Bâtiment.

Cette application permet aux professionnels de trouver les prestataires chargés de la collecte et du traitement des déchets (recyclage, valorisation, élimination) les plus proches de leurs chantiers, grâce à la géolocalisation.

L’application offre également la possibilité aux professionnels de calculer des itinéraires, de mémoriser les coordonnées de leurs chantiers ou leurs centres de traitement favoris. Une foire aux questions complète ces services en apportant des informations essentielles sur la gestion et la règlementation liées aux déchets de chantier. 
 
 

 
  • LES ARTISANS BOULANGERS :
 
 
 
La Chambre de métiers et de l’artisanat des Bouches-du-Rhône (CMA 13) et Marseille Provence Métropole (MPM) se sont associés dans une opération de sensibilisation à la réduction des déchets, à destination des boulangers du territoire.

20 d’entre eux ont donc eu pour mission de distribuer à leurs clients des sacs à pain réutilisables, avec pour objectif de limiter le gaspillage d’emballages en papier et de mobiliser les habitants sur les gestes simples de réduction des déchets.

Dans le cadre de la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets 2013, ces artisans boulangers ont signé une charte environnementale qui les engage à respecter au moins cinq éco-gestes permettant de réduire leur production de déchets.

Par exemple, donner les invendus, limiter l’emballage individuel des pâtisseries, proposer aux fournisseurs de reprendre les sacs de farine, utiliser des produits éco-labellisés pour nettoyer les magasins, recycler, sensibiliser sa clientèle sur les écogestes…


Les deux syndicats professionnels représentatifs de la profession, l’Union départementale des syndicats des maîtres-artisans boulangers des Bouches-du-Rhône et le Nouveau syndicat des artisans boulangers pâtissiers des Bouches-du-Rhône accompagnent cette mutation.
 
 

 

 

Focus sur un boulanger du Vieux Saint-Antoine exemplaire 

 

Alain Magnani, artisan boulanger du 15ème arrondissement de Marseille est signataire de la chartre environnementale. Dans son commerce du quartier Palanque, dans le Vieux Saint-Antoine, le boulanger éco responsable s’emploie à rentre son « territoire » propre.


Installé depuis 1980, Alain Magnani a le respect de l’environnement chevillé au corps. « Je ne suis pas un écologiste engagé ou inscrit politiquement mais depuis mon plus jeune âge je déteste voir les gens polluer la nature. Ma famille est comme moi.

Si l’un de mes quatre enfants voit une bouteille ou un paquet de cigarette sur une plage il ramasse le déchet et le jette à la poubelle… » Lorsqu’il a repris la boulangerie de la rue Palanque son commerce était équipé d’un four à mazout.

« J’ai investi pour faire installer un appareil électrique parce que je ne supportais plus la pollution et les odeurs. Aujourd’hui, outre le fait de moins polluer, je fais des économies, mon four récupère 55% de sa propre énergie, et le pain que je produis est toujours d’aussi bonne qualité.

Contrairement à ce que pensent certains le four électrique n’a aucune influence sur le produit. »

Mais sa lutte pour une ville propre ne se cantonne pas à son activité professionnelle. Alain Magnani a incité les autres riverains à veiller sur la propreté du quartier.

Le tri sélectif mis en place et auquel il pousse tout le monde à participer permet de réduire la quantité des déchets. « C’est très simple à réaliser et surtout cela ne coûte rien, insiste le boulanger.

Le responsable du CIQ y veille et depuis longtemps ici le problème de la propreté n’en est plus un. »

Dans ce secteur de Marseille, l’investissement du boulanger est cité en exemple même par son syndicat. Jusqu’à il y a peu encore, Alain Magnani œuvrait pour récupérer les eaux de pluies.

Malheureusement, faute de place, il a dû mettre en suspend cette action mais espère vivement pouvoir prochainement retrouver un terrain pour y poser son réservoir.

L’un de ses fils auquel il apprend le métier a les mêmes priorités écologiques. Un engagement de père en fils qui permet à cette famille citoyenne d’œuvrer au présent et au futur pour le Vieux-Saint-Antoine.

 

 

 

 

 


 

 

  • LES ARTISANS - PEINTRE